Découvertes archéologiques dans le secteur de Loucrup
Accueil. Revenir à la page "Loucrup autrefois".

Découvertes archéologiques

autour de Loucrup

Un biface du paléolithique trouvé à Montgaillard

Dans le Bulletin de la société Ramond de 1980-81, R. Coquerel nous parle de la découverte du biface de Montgaillard : « Se promenant au flanc nord/est de l'oppidum de Las Pujoles qui domine la commune de Montgaillard, Mme Yvonne Marotel ramassa dans l'empierrement d'un chemin, quatre éclats de quarzite qui lui semblaient être travaillés ; convaincue de l'intérêt de sa trouvaille, elle les conserva. En juillet dernier, à l'occasion d'un sondage archéologique effectué dans sa propriété, Mme Marotel me montra les pierres qu'elle avait trouvées. Elle espérait que je confirmerais son opinion quant à la réalité d'un matériel préhistorique, et ce d'autant plus que dans son entourage on pensait qu'il ne s'agissait que de simples cailloux sans aucun rapport avec ce que l'on appelle maintenant des "artéfacts". De ces éclats de pierre, trois pourraient être des artéfacts. Trouvés dans un contexte archéologique reconnu, ils seraient sans doute valables. Le quatrième montre les marques de retouches d'origine humaine indiscutables ; c'est un gros éclat de 112 mm de cote maximale, à double taille. Une face est à méplat avec enlèvements bordants, l'autre a été entièrement retouchée par enlèvements dorsaux et bilatéraux. Il est de type moustéroïde du paléolithique moyen et peut dater de 40000 à 30000 ans. L'empierrement du chemin au milieu duquel ont été rencontrés les quatre éclats de pierre dont il est fait état, est composé surtout de calcaire qu'on a, depuis l'antiquité exploité sur la rive droite de l'Adour dans la commune, et il est probable qu'il faudrait rechercher leur origine dans le voisinage de la carrière. Nous ne pouvons que remercier Mme Marotel d'avoir su reconnaître au hasard d'une promenade, un témoin de la présence humaine sur le territoire de Montgaillard à l'époque du paléolithique moyen, et d'avoir bien voulu nous confier ses trouvailles pour permettre d'en faire la communication ici. Trouvailles qu'elle a données au musée Pyrénéen du Château de Lourdes. »

Carte de la répartition des haches polies retrouvées dans les environs de Tarbes.

Pièces romaines retrouvées à Pouzac.

Vous aussi, faites nous part de vos découvertes ou de vos connaissances. N'hésitez pas à nous contacter.

Revenir à la page "Loucrup autrefois".

Plusieurs découvertes archéologiques ont été faites dans notre secteur. Elles permettent d'affirmer que des hommes du Néolithique chassaient près de chez nous. Il y a aussi des découvertes gallo-romaines qui sont dues à la présence de la voie romaine Dax -Toulouse, passant par Orignac, Vieille-Adour, Montgaillard, Loucrup, Layrisse, Miramont, Adé... On peut trouver une grande partie de ces découvertes dans les livres Les Hautes-Pyrénées-carte archéologique de la Gaule et Préhistoire des Hautes-Pyrénées de Jacques Omnès.

Araire trouvée à Visker par Jean Barragué.

à Bagnères-de-Bigorre, Lourdes et Tarbes :  

Beaucoup de découvertes (trop nombreuses pour être citées ici).


à Astugue :  

Un camp retranché dit « castéra » sur le chemin Astugue-Montgaillard.  


à Arcizac-ez-Angles :  

Au lieu-dit « Castet », une succession d'aménagements en terrasses (possible camp ?).  


aux Angles :  

Au lieu-dit « Castera » (limite avec Jarret), une plate-forme ovalaire (140m x 80m) est ceinturée par deux terrasses.  


à Hibarette :  

Au lieu-dit « Peho », un racloir d'époque Néolithique. Au lieu-dit « Le Bécut », sept haches polies, datées du Néolithique. Dans les labours, un ensemble de haches du Néolithique (âge de bronze), de nombreux bifaces et grattoirs sur le coteau orienté NO-SE - Voir l’image ici.


à Odos :  

Le château est situé sur un ancien oppidum gallo-romain. Bifaces en roche grenue et en silex. Anneau de grès.


à Saint-Martin :  

Au château d'eau, un talon de hache polie du Néolithique a été retrouvé en 1984. Au lieu-dit « Bouès », en 1985, une hache polie en silex. Deux autres haches au même endroit en 1986 et 1988.  


à Louey :  

Un camp (?) au lieu-dit « Turon d'Artisac ». En bordure de la piste de l'aéroport, plusieurs sarcophages (avec squelettes) ont été découverts. Un sarcophage serait réemployé comme abreuvoir dans une ferme de Louey. Outils en silex retrouvés sur la bordure nord de la D21.  


à Juillan :  

Près du terrain de sport, une hache polie du Néolithique. Au « Domaine Hibarrèle », des traces de fortification. Dans une tranchée, près de l'église, des tessons d'amphores et de tuiles gallo-romaines ont été trouvés en 1967. Le long de la route de l'aéroport, des outils en silex et une céramique médiévale.  


à Lanne :  

Une hache polie retrouvée en 1988 sur le lieu-dit « Les Vignaux ». Le camp du Crouau ou saint-Roch, avec outils en fer et tessons gallo-romains. Le lieu-dit « Lane Mourine », théâtre d'une bataille en 733 - Voir l’image ici.

à Visker :  

Au lieu-dit « Cap du bois », des objets datés du Néolithique ont été recueillis (1985, 1986, 1988) - Voir l’image ici.


à Montgaillard :

A l'oppidum des Puyolles, on a retrouvé des tessons d'amphores (sans doute romaines), un grattoir en silex et un biface. Peut-être des restes de thermes romains au lieu-dit « La Salie ». Des tessons d'amphores et des céramiques aux lieux-dits Saint-Sernin et Nodrest. A la carrière Dussert, un crâne indéterminé.  


à Orincles :  

Sur la colline de Miramont, des tranchées remontant au temps des Romains. Des traces d'incendie, des poteries, des briques et un grain de collier orné de petites raies rouges près de la Peyreblanque. Au village, un tertre carré surmonté de murs appelé « jardin des Anglais ».  


à Barry :  

Les aménagements du site du château seraient d'origine protohistorique. On aurait trouvé des restes de la voie romaine, ainsi que les vestiges d'un pont romain.  


à Bénac :  

Dans la rue à l'ouest de l'église et à proximité de l'ancien prieuré, des murs romains (avec un mortier de chaux très dur) ont été découverts.


à Vielle-Adour :  

Au lieu-dit « Courtaou » a été recueillie en 1985 une hache polie du Néolithique. Dans le jardin du presbytère, deux monnaies romaines. Des tessons d'amphores et de poterie sur le territoire de la commune. Colonne milliaire gallo-romaine détruite au lieu-dit « Estellou » - en savoir plus. Vestiges aujourd'hui disparus d'une villa gallo-romaine au quartier « Pé de la Coste ».  


à Trébons :  

Des morceaux d'amphore bicolore à pâte grise (début de l'époque gallo-romaine). un fragment de pied d'amphore rouge-orangé, un bord de cruche à pâte rouge, un fragment de vase.  


à Pouzac :  

Au Camp de César, une pierre en marbre avec inscription dédiée à Mars, une épée romaine, des pièces de monnaie romaine. Près de l'église, au nord du cimetière et dans le mur du cimetière, des débris d'amphores et des poteries. Une villa antique près de l'église (avec de nombreux marbres). Un menhir (?) au lieu-dit Mourles. Ossements à « Las Gleysettes de Serre-Devant ». Nombreuses découvertes exposées à la mairie.  


à Arcizac-Adour :  

Au lieu-dit « Arcizac-le-Haut », près d'un ruisseau, un fragment de hache polie a été récolté en 1971. Silex taillés au lieu-dit "Buala-debat". Au sud du village, une monnaie antique, des tessons d'amphore, des fragments de céramiques.


à Lézignan :  

Une statue gallo-romaine, deux pierres dressées, des marbres - en savoir plus.

La pierre dressée de Peyre Hicade en limite des communes de Lézignan et Julos

Où peut-on admirer des vestiges archéologiques dans notre département ? Peu de lieux sont ouverts au public, en voilà une liste : musée de Maubourguet, musée du marbre à Bagnères, mairie de Pouzac, mairie de Saint-Pé-de-Bigorre, Archives de Tarbes (Arsenal), château de Lourdes, château de Mauvezin.